Maladies

Mésothéliome

Pin
Send
Share
Send
Send


la mésothéliome est une tumeur émanant, par exemple, de cellules du poumon, du plexus péritonéal ou péricardique et enfermant les poumons dans une enveloppe. Cela concerne particulièrement les personnes qui ont eu un contact prolongé avec l’amiante. Le mésothéliome peut être bénin ou malin (cancer de la plèvre, cancer du sein). Le traitement consiste généralement en une chirurgie associée à une chimiothérapie. En savoir plus sur le mésothéliome ici.

Codes CIM pour cette maladie: Les codes CIM sont des codes de diagnostic médical valables au niveau international. Ils se trouvent par exemple. dans les rapports médicaux ou sur les certificats d'incapacité. D19C45ArtikelübersichtMesotheliom

  • description
  • symptômes
  • Causes et facteurs de risque
  • Examens et diagnostic
  • traitement
  • Évolution de la maladie et pronostic

Mésothéliome: description

Le mésothéliome est une prolifération (tumeur) du mésothélium. Il s’agit d’un tissu épithélial à une seule couche qui forme la limite des cavités corporelles telles que la plèvre, le péricarde et le péritoine. Il se forme généralement comme une tumeur plane autour des poumons.

Comme la plupart des tumeurs, le mésothéliome peut apparaître sous des formes bénignes et malignes. Ce dernier est souvent le résultat d'une exposition à l'amiante. La latence est longue: environ 35 ans s'écoulent entre l'exposition à l'amiante et l'apparition des premiers symptômes. Si vous avez été professionnellement exposé à l'amiante et souffrez d'un mésothéliome malin, ceci est considéré comme une maladie professionnelle reconnue.

Les mésothéliomes malins représentent plus de 80% du mésothéliome pleural, c'est-à-dire des tumeurs émanant de la plèvre (plèvre: fourrure du poumon). Ceci est appelé cancer du sein ou cancer de la plèvre.

Environ 20 personnes par million d'habitants en Allemagne souffrent de mésothéliome chaque année. Dans de nombreux pays industrialisés, l'amiante a été interdit, mais l'incidence semble augmenter. Les hommes sont trois à cinq fois plus susceptibles d’être atteints de mésothéliome que les femmes. Plus l'âge est élevé, plus le risque de maladie est élevé.

À la table des matières

Mésothéliome: symptômes

Les symptômes du cancer de la plèvre peuvent être très différents. Cela peut prendre jusqu'à six mois entre les premiers symptômes et le diagnostic final.

La plupart des personnes atteintes de mésothéliome de la plèvre signalent un essoufflement comme premier symptôme. En outre, des douleurs dans la région thoracique peuvent survenir lorsque les nerfs des côtes intermédiaires sont irrités ou que la paroi thoracique est infiltrée.

Dans de rares cas, un diaphragme haut ou une toux peuvent survenir. Également rare dans le cancer des pleuropodes, symptômes dits paranéoplasiques tels que anémie, perte de poids, fièvre ou pneumothorax spontané (entrée soudaine d’air dans l’espace en forme de fente entre le poumon et la plèvre).

Des épanchements pleuraux unilatéraux ou un épaississement pulmonaire accompagné de douleurs thoraciques concomitantes peuvent constituer un signe supplémentaire de mésothéliome.

À la table des matières

Mésothéliome: causes et facteurs de risque

Jusqu'à 90% des cas de mésothéliome de la plèvre peuvent être attribués à l'exposition à l'amiante. L’interdiction de l’amiante est interdite en Allemagne depuis 1993. L’amiante est interdit dans l’UE depuis 2005. Néanmoins, l’amiante continue d’être utilisé massivement dans le monde entier, par exemple en tant que matériau isolant dans le secteur de la construction. Jusqu'à présent, aucune limite n'a été établie en vertu de laquelle il n'y a pas de risque de mésothéliome.

Environ dix à vingt pour cent des troubles du mésothéliome ne sont pas causés par l’amiante, mais par exemple par la zéolite (érionite), une fibre semblable à l’amiante. En outre, on soupçonne que d'autres facteurs peuvent déclencher un mésothéliome. Ceux-ci incluent, par exemple, les virus dits SV-40, des inflammations répétées et une prédisposition génétique au mésothéliome. En outre, des experts étudient actuellement si des nanomatériaux tels que les nanotubes peuvent également conduire à un mésothéliome malin.

À la table des matières

Mésothéliome: examens et diagnostic

Si vous avez des signes de mésothéliome pleural, vous devriez consulter un médecin généraliste ou un pneumologue. Pour diagnostiquer un mésothéliome, le médecin vous demandera de préciser les symptômes et vos antécédents médicaux. Les questions typiques du médecin seraient par exemple:

  • Depuis quand et à quelle fréquence avez-vous des plaintes, telles que de la toux?
  • Avez-vous l'air mauvais?
  • Avez-vous une expectoration difficile lorsque vous toussez?
  • La fièvre est-elle également apparue? Vous transpirez fort la nuit?
  • Avez-vous des contacts avec l'amiante de manière professionnelle ou privée?
  • Vivez-vous ou travaillez-vous à proximité des plus mauvaises usines de traitement?
  • Avez-vous visité des zones contenant des dépôts d’amiante naturelle?
  • Vivez-vous dans un vieil immeuble avec des composants contenant de l’amiante?

Si un mésothéliome est suspecté, il est utile de le diriger vers un centre pulmonaire expérimenté. Pour confirmer le diagnostic suspecté, d'autres examens physiques sont nécessaires. Pour enregistrer la taille de la tumeur, des techniques d'imagerie telles que l'échographie, la tomodensitométrie (TDM) et l'imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être réalisées. La certitude finale en cas de suspicion de mésothéliome apporte un examen histologique du tissu altéré.

Procédures d'imagerie

Pour déterminer si de l'eau s'est accumulée entre le poumon et la plèvre (épanchement pleural), le thorax est examiné par échographie (échographie transthoracique). Une fonction pleurale (voir ci-dessous) est également réalisée sous contrôle échographique.

La tomographie informatisée (CT) est le meilleur moyen de détecter et de détecter le mésothéliome. De plus, il est possible de déterminer au moyen d'un scanner si la tumeur a déjà formé des tumeurs secondaires (métastases) dans les ganglions lymphatiques.

Si l'on soupçonne que la tumeur s'est propagée au diaphragme ou à la paroi thoracique, une imagerie par résonance magnétique (IRM) peut être réalisée. Une tomographie par émission de positons (TEP) est également utile, en particulier pour détecter les métastases distantes.

Pin
Send
Share
Send
Send