https://load5.biz Trouble panique: causes, traitement, prévention - NetDoctor - Maladies - 2020
Maladies

Le trouble panique

Pin
Send
Share
Send
Send


La tachycardie, la transpiration et la suffocation sont les symptômes typiques du trouble panique. Dans les attaques de panique, les victimes ont surmonté une peur massive. De nombreux patients sont convaincus qu'une cause physique menaçante est à l'origine des symptômes. Cela met certains d'entre eux dans une peur mortelle. Lisez tout sur le trouble panique et les attaques de panique ici.

Une attaque de panique ne prend que quelques minutes, mais les personnes touchées craignent la mort. En psychothérapie, ils apprennent à comprendre les déclencheurs et à contrôler les attaques.

Marian Grosser, article de médecin sur le trouble panique
  • description
  • symptômes
  • Causes et facteurs de risque
  • Examens et diagnostic
  • traitement
  • Évolution de la maladie et pronostic

Trouble panique: description

Les attaques de panique récurrentes et imprévisibles sont typiques d'un trouble panique. Les médecins appellent également ce trouble panique l’anxiété épisodique paroxystique. Le terme paroxystique vient du grec et peut être traduit par "sauvage".

Que sont les attaques de panique?

Les attaques de panique sont des crises soudaines d’anxiété grave associées à divers symptômes physiques, notamment des tremblements, de la transpiration, des palpitations et des pensées augmentant l’anxiété. Les idées fréquentes sont sur le point de subir une crise cardiaque, d’étouffer ou de s’évanouir. L'interprétation menaçante fait mourir les personnes concernées des symptômes. Bien que les attaques de panique ne durent que peu de temps, elles sont très intenses et épuisantes.

Trouble panique avec agoraphobie

Les attaques de panique se produisent souvent en lien avec l'agoraphobie des troubles mentaux. Par exemple, les patients peuvent avoir peur de voyager dans les transports en commun, d'aller au cinéma ou au cinéma ou d'aller faire les magasins au supermarché. Vous ne pouvez plus visiter ces lieux sans accompagnement (comportement d'évitement). Si les patients n'osent même pas sortir seuls, cela a de graves conséquences, telles que la perte d'emploi et la solitude.

Les troubles paniques associés à l'agoraphobie sont plus fréquents que les troubles paniques purs. Attaques de panique de plongée dans le cadre de la dépression, ils ne sont pas associés à un trouble panique, mais sont considérés comme une conséquence de la dépression.

Attaques de panique chez les enfants

Même les enfants et les adolescents peuvent déjà développer un trouble anxieux et panique. Bien que les parents souffrent d'attaques de panique, de nombreux enfants adoptent un comportement craintif. Des experts ont montré de manière expérimentale que les tout-petits évitaient les situations incertaines lorsque leur mère avait une expression craintive. Ce comportement montre que les gestes et les expressions faciales des parents influencent fortement les personnes en bas âge. Une anxiété accrue augmente le risque que l'enfant développe un trouble panique plus tard. Même les enfants qui souffrent d'anxiété de séparation sont plus susceptibles de faire face à des attaques de panique.

Le traitement est souvent couronné de succès chez les enfants et les adolescents présentant un trouble panique. Si elle n'est pas traitée, la maladie mentale peut être chronique et avoir un impact très négatif sur le développement des enfants. Surtout, les conséquences sociales sont graves, car les enfants se retirent par peur d’aller plus loin. Comme chez les adultes, les problèmes de santé mentale s'ajoutent généralement aux troubles paniques, notamment la dépression, d'autres troubles anxieux et les dépendances.

Chez les enfants et les adolescents, il est généralement logique d’inclure les parents dans la thérapie. Parce que les troubles anxieux chez les enfants sont basés dans certains cas sur des relations perturbées au sein de la famille. Même si ce n’est pas le cas, les parents peuvent apprendre en thérapie à aider leurs enfants.

Attaques de panique: combien sont touchées?

Environ deux à quatre pour cent de la population souffre de trouble panique au cours de sa vie avec des attaques de panique. Le début se situe généralement entre la 15e et la 24e année de vie. Chez les femmes, le trouble panique est diagnostiqué au moins deux fois plus souvent que chez les hommes.

À la table des matières

Attaques de panique: symptômes

Selon la classification CIM-10 des troubles mentaux, les symptômes suivants sont caractéristiques d'un trouble panique ou de crises de panique:

  • Une attaque de panique est un épisode d’anxiété intense qui commence soudainement et atteint son maximum en quelques minutes. L'attaque de panique ne dure que quelques minutes.
  • En cas de trouble panique, au moins l’un des symptômes suivants se manifeste toujours: modification de la fréquence cardiaque et des palpitations, transpiration, tremblements et sécheresse de la bouche.
  • Parmi les autres symptômes communs à la poitrine et à l'abdomen, on peut citer: difficultés respiratoires, oppression, douleurs à la poitrine, nausées et malaises à l'estomac.
  • Les symptômes mentaux comprennent les vertiges, l'insécurité, la faiblesse et la somnolence. L'anxiété et les symptômes physiques sont si graves que les personnes concernées meurent.
  • Alors que les attaques de panique surgissent de nulle part, beaucoup craignent de perdre le contrôle ou craignent de devenir fous.
  • Souvent, les victimes se perçoivent ou perçoivent l'environnement comme irréel et étrange. Les experts qualifient ces phénomènes de dépersonnalisation ou de déréalisation.
  • En outre, les patients se plaignent en cas de crise de panique, tels que bouffées de chaleur ou frisson, sensation d'engourdissement ou de fourmillements.

Trouble panique: symptômes des attaques de panique nocturnes

Jusqu'à 40% des patients souffrant de trouble panique ont également des crises de panique régulières la nuit. L'explication sécurisée de ce phénomène n'existe pas encore. C'est difficile à expliquer car les attaques de panique ne surviennent pas pendant les phases de rêve la nuit. Les attaques de panique du sommeil ne sont pas une réaction à des cauchemars.

Les experts pensent donc que la panique s’apprend au cours de la journée en réponse à des changements physiques, tels que des battements de coeur rapides. Cette réaction entraînée expire alors automatiquement la nuit.

À la table des matières

Attaques de panique: Causes

Les causes des troubles paniques ne sont pas entièrement comprises. Il est maintenant évident que les facteurs génétiques jouent un rôle. On sait également qu'une activité perturbée de la substance messagère dans certaines régions du cerveau favorise le développement de la maladie. Ceux-ci et les facteurs suivants se combinent pour développer des attaques de panique.

Expériences traumatisantes de l'enfance

Les scientifiques pensent que les traumatismes de la petite enfance sont souvent à l'origine d'un trouble anxieux ultérieur. Dans les études d'expérience chez les enfants, les patients pris de panique ont signalé des cas de négligence, d'abus sexuels, de perte d'un parent, d'alcoolisme et de violence dans la famille plus fréquents. Cependant, le stress à l'âge adulte, tel que le divorce ou le décès d'un membre de la famille, peut également contribuer au trouble panique.

anxiété

Les personnes présentant une anxiété accrue courent un risque particulier de développer des attaques de panique. Ils interprètent souvent les réactions physiques au stress ou au stress comme une menace pour la vie. En conséquence, ils aggravent les symptômes physiques et les sautes d’anxiété.

comportement d'évitement

Les comportements d'évitement que développent les personnes atteintes favorisent le maintien de la peur et le retour des attaques de panique. De plus, le port de médicaments ou l'accompagnement constant d'autres personnes aggrave le problème. Les personnes touchées pensent qu'elles n'ont survécu à la situation que parce qu'elles auraient pu être aidées en cas d'urgence. À moins qu'ils ne trouvent que la panique peut être surmontée sans aide, le trouble panique demeure.

stress

Des niveaux de stress élevés (par exemple, en raison de conflits de partenaires, du chômage, de préoccupations existentielles) peuvent favoriser l'apparition d'un trouble panique. Avec une tension interne constante, souvent, seul un petit déclencheur (par exemple, l’achat dans un supermarché bondé) est suffisant pour initier le cercle vicieux de la peur, qui conduit finalement à une attaque de panique.

Substances déclenchant des attaques de panique

Des substances telles que l'alcool, la caféine et divers médicaments favorisent également l'apparition des attaques de panique. Surtout les cigarettes n'ont souvent pas l'effet calmant supposé: la nicotine a généralement un effet stimulant sur le corps. De toute façon, si vous êtes déjà dans un état d'agitation intérieure, fumer une cigarette augmentera encore les troubles. Le degré de tension qui déclenche l'attaque de panique est atteint plus rapidement. Si les crises d'anxiété se produisent fréquemment, un trouble panique se développe.

À la table des matières

Attaques de panique: examens et diagnostics

Si vous soupçonnez un trouble panique, vous pouvez d'abord consulter votre médecin de famille. Il s'entretiendra avec vous et effectuera divers examens pour éliminer les causes physiques de la maladie.

Des états de panique peuvent également survenir lors de maladies physiques. Ces maladies incluent:

  • arythmie
  • Herzenge (angine de poitrine)
  • L'hyperthyroïdie (hyperthyroïdie)
  • Hypoglycémie (hypoglycémie)
  • Asthme bronchique
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)
  • L'apnée du sommeil Syndrome
  • épilepsie
  • intoxication à la caféine
  • Usage de drogues, en particulier cocaïne, amphétamines, ecstasy, hallucinogènes et opiacés

Pour un diagnostic précis du trouble panique et pour déterminer s’il existe d’autres troubles mentaux, le médecin de famille vous dirigera vers un thérapeute ou une clinique psychosomatique.

Par le biais de questions et de questionnaires, un médecin ou un psychologue peut différencier le trouble panique des autres troubles anxieux. Un test d'attaque de panique est, par exemple, l'échelle d'angoisse de Hamilton (HAMA), que le médecin remplit lors d'une conversation avec le patient (formulaires d'évaluation par une tierce partie).

Mais il existe également des fiches d’auto-évaluation, à l’aide desquelles le patient anxieux peut lui-même décrire ses plaintes de manière plus concrète (State Trait Anxiety Inventory, STAI). Le thérapeute pourrait poser les questions suivantes au diagnostic du trouble panique:

  • Avez-vous parfois des crises d’anxiété grave?
  • L'anxiété est-elle accompagnée de symptômes physiques tels que des tremblements, un essoufflement ou une bouche sèche?
  • Avez-vous peur d'une autre crise après une crise d'angoisse?
  • Existe-t-il un déclencheur spécifique pour les attaques d'anxiété?

Ce n'est un trouble panique que si les attaques de panique ne sont pas liées à un effort particulier ou à des situations dangereuses. En outre, ils ne font pas référence à un objet particulier, tel qu'une phobie, mais se produisent dans des situations différentes.

La gravité des attaques de panique varie d'une personne à l'autre. Si les victimes subissent quatre attaques de panique en quatre semaines, on parle alors de trouble panique modéré. Si quatre attaques de panique se produisent chaque semaine au cours du mois, il s'agit d'un trouble panique grave.

Vidéo: Trouble panique - PsykoCouac #5 (Décembre 2020).

Pin
Send
Share
Send
Send