Thérapies

Respiration artificielle

Pin
Send
Share
Send
Send


À la respiration artificielle la respiration du patient est soutenue ou remplacée. Il est toujours utilisé lorsque la personne concernée ne peut pas ou ne respire pas suffisamment. Différents types de ventilation sont distingués. Lisez tout sur la ventilation, son fonctionnement et ses risques.

Présentation du produit Ventilation

  • Qu'est-ce que la ventilation?
  • Quand effectuez-vous une ventilation?
  • Que faites-vous avec la ventilation?
  • Quels sont les risques de ventilation?
  • À quoi devrais-je faire attention après la ventilation?

Qu'est-ce que la ventilation?

La ventilation remplace ou favorise la respiration des patients dont la respiration spontanée a échoué (apnée) ou ne suffit plus pour maintenir les fonctions corporelles. La teneur en dioxyde de carbone dans le corps augmente alors que la teneur en oxygène diminue. L'efficacité peut être mesurée par analyse des gaz sanguins, en mesurant l'absorption de lumière lorsque la peau est illuminée (oxymétrie de pouls) ou la concentration de dioxyde de carbone dans l'air expiré (capnométrie). Fondamentalement, une distinction est faite entre la ventilation non invasive (ventilation VNI) via un masque et la ventilation invasive (IV) via un tube dans la trachée (tube). Selon le tableau clinique, différentes formes de ventilation sont utilisées.

Ventilation contrôlée (ventilation obligatoire continue; ventilation CMV)

Le respirateur (respirateur) prend en charge l'intégralité du travail de respiration, indépendamment de la possibilité d'une respiration autonome du patient.

Respiration spontanée assistée (ASB)

En ventilation assistée ou en ventilation spontanée assistée, la plus grande partie du travail de respiration et de régulation respiratoire est effectuée par le patient lui-même. Le ventilateur soutient comme un muscle respiratoire supplémentaire. Ceci est également appelé respiration spontanée assistée par machine.

À la table des matières

Quand effectuez-vous une ventilation?

La ventilation est toujours nécessaire lorsque la respiration spontanée naturelle est insuffisante pour expirer suffisamment d'oxygène et expirer du dioxyde de carbone. En fonction de la cause, le médecin choisit les formes de ventilation appropriées.

Ainsi, dans le cas de maladies pulmonaires obstructives chroniques (BPCO) ou de faiblesses du muscle respiratoire, la ventilation respiratoire nocturne est suffisante pour la récupération du muscle respiratoire. Cela peut également être fait en tant que ventilation à domicile avec des respirateurs à la maison. En outre, une insuffisance pulmonaire, provoquée par exemple par un empoisonnement, une pneumonie ou une embolie, peut nécessiter une ventilation à court terme. La ventilation est également nécessaire pendant l'anesthésie, car l'anesthésique élimine la respiration spontanée. Si les patients sont incapables de respirer de manière autonome en raison d'une paralysie ou d'un coma, une ventilation mécanique à long terme assurera l'oxygénation.

À la table des matières

Que faites-vous avec la ventilation?

Contrairement à la respiration spontanée, la respiration artificielle force l'air dans les poumons par surpression. La respiration artificielle non invasive utilise des masques placés sur la bouche et le nez, tandis que la ventilation invasive se fait via un tube inséré dans la trachée (intubation) par la bouche ou le nez.

Ventilation contrôlée

Dans la ventilation dite contrôlée, le respirateur prend en charge l'intégralité du travail respiratoire et n'est pas influencé par l'inspiration ni l'expiration du patient.

Si un certain volume par respiration doit être donné dans un temps donné, une ventilation contrôlée par volume (VCV) est utilisée. Lorsque le volume courant approprié est atteint, l'expiration commence. De plus, la ventilation VCV peut être différenciée selon que la pression dans les poumons pendant l'expiration reste élevée (ventilation à pression positive continue, VPPP) ou réduite à nouveau (ventilation à pression positive intermittente, ventilation IPPV). ,

Pour la ventilation en ventilation contrôlée par pression (PCV), le ventilateur produit une certaine pression dans les voies respiratoires et les alvéoles, de sorte que le plus d'oxygène possible puisse être absorbé. Une fois que la pression est suffisamment élevée, l'expiration commence.

Ventilation assistée

Ici, le respirateur ne commence la ventilation que lorsque le patient s’inhale. La respiration est donc le signal de départ (déclenchement) de l'assistance de la machine de ventilation (ventilation assistée, climatisation). On distingue si le déclencheur pour le respirateur doit être mesuré via une ventilation assistée par le volume (ventilation VSV) ou sous pression (ventilation PSS).

Ventilation obligatoire intermittente synchronisée (ventilation SIMV)

La ventilation SIMV combine la respiration spontanée assistée du patient avec une ventilation contrôlée. Le respirateur aide le patient lorsqu'il est déclenché par un effort respiratoire. La distance entre deux phases d'inhalation est déterminée. Si le patient respire en dehors de ces distances, il respire de manière indépendante sans soutien. Si la respiration autonome est complètement arrêtée, le respirateur respire automatiquement.

Ventilation par oscillation haute fréquence (ventilation HFO)

Le reniflard haute fréquence occupe une position particulière et est principalement utilisé chez les enfants et les nouveau-nés. Dans la ventilation HFO, des turbulences sont créées dans les voies respiratoires, de sorte que l'air dans les poumons est constamment mélangé. Cela se traduit par une amélioration des échanges gazeux malgré le faible volume de ventilation.

CPAP

En ventilation CPAP, la respiration spontanée du patient est assistée par une surpression permanente (PEEP). Le patient détermine sa propre profondeur respiratoire et sa fréquence respiratoire, mais peut mieux respirer et aspirer plus d'oxygène dans l'air, car les sacs aériens sont maintenus ouverts par la surpression. Cette forme est souvent utilisée comme traitement pour un arrêt respiratoire pendant le sommeil (apnée du sommeil). PEEP (pression positive expiratoire, pression positive) désigne la pression qui reste dans les poumons à la fin de l'expiration. Si cette pression est trop faible, les alvéoles ne peuvent pas être maintenues ouvertes et elles se ferment (s'effondrent).

À la table des matières

Quels sont les risques de ventilation?

En plus de l'irritation de la peau ou des plaies traversant le masque ou le tube, la ventilation elle-même peut entraîner des complications. Ceux-ci comprennent:

  • Dommages aux poumons dus à la pression
  • pneumonie
  • Augmentation de la pression dans le thorax
  • l'inflation gastrique
  • Réduction du retour veineux au coeur
  • Augmentation de la résistance vasculaire dans les poumons
  • Réduction du pouvoir de pompage du coeur
  • Réduction du débit sanguin rénal et hépatique
  • Augmentation de la pression intracrânienne

La ventilation de protection pulmonaire réduit ou prévient ces dommages en limitant les pressions et les volumes de ventilation.

Vidéo: respiration artificielle : réussi (Septembre 2020).

Pin
Send
Share
Send
Send